Les actes juridiques privés, entre légitimité et usurpation