Les dépouilles de l’altérité : l’anonyme comme figure alternative