Action publique et crises environnementales : le cas du site sidérurgique de Tarente (Italie).

L. Greco
2021

9788835114994
La ville de Tarente (Italie), une ville qui abrite la plus grande aciérie d'Europe, est aujourd'hui l'épicentre d'une profonde crise sociale, économique et environnementale. Avec la privatisation de l’usine en 1995, il y eut la subordination des intérêts publics aux intérêts privés, résultat du chantage à l’emploi et de l'absence de solutions de remplacement valables, et une aggravation de la crise environnementale. En 2012 la décision de la magistrature, qui ordonna la fermeture de l’aciérie, ouvre une période de profonde incertitude, dominée par la prise de conscience que le droit au travail et le droit à la santé ne peuvent pas être opposés. Après la confiscation de l’usine de part de l’État, le gouvernement chercha un nouvel acheteur privé. En 2018 la multinationale franco-indienne ArcelorMittal a présenté une offre d’achat qui devrait se formaliser définitivement à l’automne 2020. L’article examine le rôle de l'action publique dans le cas de Tarente, sur la base de l'analyse de documents, de données, de recherches empiriques directes antérieures et de la familiarité avec le contexte de l'étude. Nous privilégions l’idée que l’origine de la crise se trouve dans l'absence de régulation de l'action privée et de ses externalités par l'État et que sa résolution ne peut être que le résultat d'une réflexion approfondie sur les objectifs, les buts et les valeurs du modèle de développement italien, dont le modèle Tarente est consubstantiel. L’évolution de l'action publique est identifiée : d’intentions initiales progressistes à un désengagement puis, dans l'urgence dictée par des décisions du pouvoir judiciaire, à la mise en œuvre d'une série d'interventions impromptues, visant à calmer la situation sans stratégie à longue terme et sans règles partagées. La question du futur de l'industrie dans la région reste donc enchevêtrée : la voie à prendre pour trouver un équilibre acceptable entre la santé, le travail et l'environnement est pleine de difficultés et d'obstacles. Les questions de santé et de pollution sont à l'ordre du jour politico-institutionnel. L’avènement d’une justice environnementale passe toutefois par la reconnaissance de la nature politique de ces questions et l'implication des groupes sociaux ; en premier lieu les travailleurs et les communautés locales qui, plus que d'autres, supportent les coûts sociaux de la production industrielle et lient leur existence matérielle, mais également identitaire et culturelle, à leur environnement plus ou moins immédiat.
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
Pop-crises- Mediteranee-Book Manuscript.pdf

non disponibili

Tipologia: Documento in Post-print
Licenza: NON PUBBLICO - Accesso privato/ristretto
Dimensione 19.76 MB
Formato Adobe PDF
19.76 MB Adobe PDF   Visualizza/Apri   Richiedi una copia

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11586/294914
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact