Mouvement et lumière dans "L’obscur travaille"