Strindberg et l’esprit du tragique