Les lignes anglaises d’Emmanuel Carrère : la greffe de Bravoure