Le Carnet de notes bergounien ou le double de l’œuvre